Défaite anecdotique pour les Boxers de Bordeaux

publié le 16.03.16 | écrit par Yoann Gavoille | Sud Ouest

Maintien déjà en poche, les Bordelais s’inclinent 2-1 à Briançon mais gardent la tête de la poule.

 Derniers coups de patins pour Nicolas Mariage © archive Laurent theillet

Ça sonne creux, un chaudron à moitié vide ! D'ordinaire bouillante, la patinoire René-Froger de Briançon paraît déserte avec seulement 900 spectateurs pour supporter les Diables rouges. Face à des Boxers de Bordeaux déjà assurés du maintien en Ligue Magnus, les Briançonnais commencent la partie avec l'envie de croire au miracle. Mais le cœur en berne et le moral dans les patins, ils ne parviennent pas à dégager suffisamment d'intensité pour enflammer les débats.

Confondants de maladresse, incapables de concrétiser leurs temps forts, incapables aussi de contenir leurs temps faibles, les Diables rouges balbutient leur plan de jeu. Les Boxers, eux, se contentent de sortir le palet proprement et d'enchaîner les slap-shots de la bleue. Bordeaux joue au petit trot. Difficile d'y mettre l'émotion idoine quand le spectre de la relégation ne hante plus aucun esprit dans les rangs girondins.

L'égalisation de Cyr

Le match se décante tout de même par Bourgaut (2-1, 14'26'') qui lance une première fois sur le plastron d'Ylönen et récupère lui-même le palet pour pousser le puck au fond des filets. Dans le deuxième tiers-temps, les dégagements interdits s'enchaînent et la partie s'enlise dans une indigence technique aux effets soporifiques. À ce petit jeu-là, Briançon s'endort en premier et se fait surprendre par Cyr qui marque de près au milieu d'une défense apathique (1-1, 27'56'').

Dans le troisième tiers-temps, Briançon pousse. Bordeaux recule. Et Reese, tout en puissance, enfonce littéralement Ylönen dans sa cage pour permettre aux Diables rouges de reprendre l'avantage au score (2-1, 52'16''). Une réaction d'orgueil qui ne sera sûrement pas suffisante pour rester en Ligue Magnus.